La colline de Saint-Ferréol abritait au IVème siècle avant J.C. un oppidum celto-ligure. Avec la conquête de la Gaule par les Romains, le lieu fut abandonné, puis la colline servit de refuge aux ermites chrétiens ; une chapelle fut construite, sans cesse augmentée. Au XVIème siècle, l’arrivée de reliques de Saint-Ferréol, qui fut désigné saint patron de la cité, conféra un grand rayonnement au site. La fête votive de Saint-Ferréol est fixée au 18 septembre.

On accède au site en voiture (grand parking) ou à pieds par le chemin de croix, au pied de la colline, ou bien le « parcours santé », ou encore le sentier pédagogique de l’Office National des Fôrets -ONF- qui débute à côté du cabanon provençal, sur le parking inférieur.

Au sommet de la colline une aire de pique-nique offre ses tables et ses bancs sous la pinède. Derrière le bâtiment, sur la terrasse, on peut admirer une vue époustouflante de tout le haut-Var.  

La chapelle

A partir du XVIIème siècle, faisant face à l’afflux de pèlerins et de nécessiteux, ermites et ordres mendiants marquèrent la chapelle de leur empreinte, en particulier la confrérie des moines Servites, puis celle des Marguilliers s’occupèrent du site et n’eurent de cesse de l’embellir et l’agrandir, d’abord par l’adjonction d’un portail classique, en 1697, puis d’un porche, en 1733.

Mais la plus grande réalisation est l’adjonction au XIXème siècle, par les moines Capucins, sur l’aile est, d’un couvent, qui tomba en désuétude à la fin du XIXème siècle. On leur doit aussi le chemin de croix et la grande croix en bronze devant la chapelle. (Foudroyée il y a une vingtaine d’année, elle a été remplacée par une croix moderne. Réparée par les ASFVL, la croix est maintenant devant la chapelle Sainte-Anne).

Le site, tombé en désuétude, menaçait ruine quand l’association des Amis de Saint-Ferréol fut fondée en 1972 pour la sauver. Grâce à l’intervention énergique de ces bénévoles, la chapelle fut reconstruite, elle reçut un toit et fut rendue à sa première destination : accueillir les fidèles. (Par la suite l’association se développa pour devenir les « Amis de Saint-Ferréol et du Vieux Lorgues »- ASFVL-)

L’intérieur

Orientée est-ouest, la chapelle présente une large nef, qui pouvait accueillir les pèlerins des « roumavages » et spécialement ceux qui se recommandaient au saint, censé guérir les crises de goutte et les blessures des soldats (en référence à son propre martyre). On peut voir dans une niche la statue du saint, promenée en procession lors de sa fête votive.

Les murs sont ornés d’exvoto, reconnaissance du peuple pour l’action du saint : certains, les plus récents, sont écrits à même la paroi, d’autres sur une plaque de marbre, mais les plus intéressants sont les plus anciens, qui mettent en scène l’intervention du saint. Pour des raisons de sécurité ce ne sont que des tirages-photos, les originaux se trouvant dans le petit musée de la salle capitulaire.

Dans le chœur, cinq larges tableaux de 1785 présentent l’histoire de Saint-Ferréol et de son martyre.

Il faut remarquer aussi le bel autel en chêne sculpté orné de représentations de personnages historiques tous proches des Franciscains, qui eurent soin du lieu. (Saint-Louis, Saint-François d’Assise, Sainte Claire, saint Bonaventure et Saint Antoine de Padoue, entre autres).

Le musée d’arts sacrés

Un petit musée d’arts sacrés se trouve derrière le chœur, dans la salle capitulaire. Il fut créé par les ASFVL en 1974 et restauré en 2017. A travers ses collections, il offre un émouvant témoignage, reflet de la vie quotidienne d’autrefois ; il se présente sous trois aspects :
— Une belle collection de reliquaires, du XVIIème au XIXème siècle
— Un ensemble de vêtements liturgiques richement ornés, du XVIIIème siècle
— La collection originale des ex-votos, du XVIIème siècle à nos jours. Ces exvotos ont été classés par thèmes : les accidents de la route, accidents de chasse, incendies et inondations, et aussi les maladies, celles des enfants d’abord, puis des adultes.

Chaque représentation montre l’espace sacré, celui de Saint-Ferréol, et l’espace profane, où l’on découvre les intérieurs, les costumes provençaux, nous faisant entrer dans ces vies d’autrefois et d’aujourd’hui aussi.

Visite de la chapelle et du musée :

Les ASFVL tiennent une permanence tous les jeudis matin (10h-12h) en été. Pour les « Journées du patrimoine » en septembre (10h-12h et 15-17h), se renseigner sur le site ou à l’OTSI. Pour d’autres dates, s’adresser à l’OTSI, ou directement aux ASFVL.

  • ASFVL : 06 12 89 43 51; assoasfvl@gmail.com
  • Maison du Tourisme (OTSI) : 04 94 73 92 37; contact@lorgues-tourisme.fr