Lorgues possède un important héritage de chapelles. On les trouve en particulier sur les routes menant à Lorgues, où elles forment comme une enceinte spirituelle protégeant la cité.

cloche-chapelle

Les plus anciennes datent du moyen-âge. Placées à la limite du territoire de la cité, elles servaient de point de contrôle à qui entrait en ville. La plupart d’entre elles sont construites selon le même plan, avec un porche offrant un abri aux passants contre le mauvais temps. Peu à peu elles prirent la fonction de lieu de culte pour les hameaux voisins. Certaines aujourd’hui se trouvent sur des propriétés privées, d’autres ont malheureusement été abandonnées, comme Saint-Barthélémy, subissant l’injure du temps. 

La fin du XVIème et au XVIIème siècles voient la construction de nouvelles chapelles plus importantes par des communautés religieuses : Saint-François est érigée par les pénitents gris tandis que les moines servites agrandissent considérablement Saint-Ferréol, sur la colline dominant Lorgues. 

Peu de ces chapelles ont gardé leur décoration d’origine, à l’exception notable de Saint-Honorat, Saint-Jaume, mais surtout Saint-François et Saint-Ferréol. Exceptionnelle est la chapelle Notre-Dame-de-Ben-Va, ornée d’un ensemble remarquable de fresques du XVIème siècle. Elle est classée Monument historique depuis 1926.

Au XVIIIème siècle, la chapelle Notre-Dame-de-Beauvoir est détruite pour laisser place à l’important chantier de la collégiale Saint-Martin. L’ancienne église Saint-Martin, à l’intérieur de la vieille cité, étant depuis longtemps en si mauvais état qu’elle en était inutilisable. (Il n’en reste qu’une arche Ruelle Saint-Martin).

L’association des Amis de Saint-Ferréol et du Vieux Lorgues (ASFVL) s’emploie à restaurer, faire vivre et visiter ces chapelles depuis presque 50 ans. Les ASFVL ont publié un circuit  des chapelles (en français, anglais, allemand) disponible gratuitement à l’OTSI.