Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

VAL : L’ermitage de Saint-Ferréol

ERMITAGE DE SAINT-FERREOL :

UN VERITABLE TRESOR DE CULTURE – DE LOISIRS –

DE SANTE – DE REPOS – DE MEDITATION…

Tous les lorguais, qu’ils soient natifs, d’adoption ou de passage, ont la chance et le privilège de bénéficier d’un élément patrimonial exceptionnel, à deux pas de la cité, l’Ermitage de Saint-Ferréol.

Le site initial, connu et fréquenté depuis des siècles, se trouve agrémenté depuis de nombreuses années par une aire de loisirs, de spectacles et de pique-nique, un parcours de santé adapté à toutes les familles et sportifs (à pieds) et depuis 2015, avec la restauration par l’ A.A.S.F.V.L.

(Association des Amis de Saint-Ferréol et du Vieux Lorgues créée en 1972) et la Municipalité d’un vrai cabanon provençal datant du début du 19ème siècle situé au pied de la colline.

De nombreux ouvrages et sites internet expliquent l’historique du lieu (et la légende !) de ce que l’on appelle « l’Acropole des Lorguais ».

Avec, entre autres, Margarido, œuvre du poète lorguais Marius TRUSSY, les livres du Dr François COURDOUAN, de Louis NARDIN, les brochures de Christian DELSERAY, et plus récemment les documents en images d’Alain MARCEL, nous disposons d’une importante source de photos et d’informations littéraires qui sont désormais un témoignage éternel.

Une brève histoire du lieu :

Situé à une altitude de 320 mètres, les traces d’un oppidum celto-ligure datant du 4ème siècle avant JC (2ème âge du fer) ont été découvertes au XIXe siècle et mises au jour en 1974 par l’A.A.S.F.V.L.

Au XIIIe siècle, est apparu l’Ermitage de Saint-Ferréol avec la construction d’une chapelle, mais ce n’est qu’au XVIe siècle que le centurion romain FERREOL est adopté comme saint patron de la cité ce qui entraîna le développement du site et des bâtiments actuels qui étaient entretenus par la confrérie laïque des MARGUILLIERS de 1609 à 1876.

Aujourd’hui, l’ensemble est surveillé et restauré en permanence par la municipalité et l’ A.A.S.F.V.L., avec beaucoup de ferveur et d’efficacité afin de conserver ce magnifique patrimoine pour notre bonheur et pour les générations futures.

La chapelle, une de ses particularités:

En dehors des EX-VOTO, classés et révélateurs de la dévotion des donateurs envers leur Saint Protecteur, la chapelle, à la quasi- abandon depuis 1906, a été entièrement restaurée dans les années 1973-1996 par l’AASFVL, par la municipalité de l’époque et par les entrepreneurs lorguais.

Mais intéressons-nous à son acoustique. La chapelle, qui peut compter jusqu’à 150 personnes, bénéficie à vide d’un temps de réverbération acoustique – Tr- (durée au bout de laquelle un signal sonore a baissé de 60 dB après interruption de la source sonore) remarquable. Hormis les formules complexes de SABINE * , d’autres physiciens et des normes internationales ISO qui prennent en compte la forme de la salle, son volume, sa surface, le coefficient d’absorption acoustique du matériau des parois, la vitesse de propagation du son, etc. j’ai pu trouver une formule simple qui peut servir de base théorique pour déterminer le Tr:

Avec un son musical non enregistré d’une fréquence moyenne normale de 500 Hz, on a :

Tr (à 500 Hz) =a. Log 10 V

Tr= temps de réverbération acoustique en secondes

a=0,35 coefficient donné pour une musique non enregistrée (0, 28 pour la parole).

V= volume total en m3

Compte tenu du volume global de la chapelle qui est d’environ 1 800 m3, le Tr pour un son musical devrait être de :

Tr= 0,35 x Log 10 1 800= 0,35 x 3,255 = 1,14 s

Mais en réalisant un essai instrumental, on obtient en moyenne, chapelle vide, un Tr de près de 2 secondes !

Pour comparaison, les temps normaux de réverbération acoustique sont donnés entre 0,4 à 0,6 s. L’Opéra Bastille a un Tr de 1,55 s.

Ceci explique en partie pourquoi la qualité musicale des concerts qui s’y déroulent y est excellente, quoique l’on soit très loin de la réverbération acoustique de l’Abbaye du THORONET qui a un Tr (à la même fréquence de 500 Hz) de 9,5 s !

Les loisirs et la fête:

Grâce à un important parking ombragé et espace de jeux disponibles, l’Ermitage aujourd’hui offre de nombreuses possibilités de séjours en groupes, de concerts de musique classique, de Jazz et de Rock, de festivités telles que fêtes paroissiales, mariages, baptêmes, etc. ; dans le respect des lieux évidement. Mais aussi, compte tenu de leur emplacement en hauteur, nous pouvons dormir chez-nous bien tranquillement (pour celles et ceux qui peuvent ou qui veulent) sans avoir besoin de se boucher les oreilles….

Enfin le sport, capital santé N°1 :

Non seulement pour les sportifs, mais aussi pour toutes celles et ceux de 1 à 100 ans qui veulent s’offrir un moment de repos, de calme, de détente, de méditation, le parcours de santé de près de 2 kms (qui devrait être interdit aux chiens peu sociables ou dangereux laissés en liberté !) est une véritable source de bien-être, avec un large sentier, des chênes et des grands pins qui nous inondent de leur ombre bienfaitrice, des dénivellations de terrain modérées, des ateliers explicatifs pour la souplesse et la musculation, des aires de repos, etc.

Si l’on parcourt le tour de la colline (pourquoi pas à vélo, la route a été entièrement rénovée cette année), outre la superbe vue sur LORGUES, on peut apercevoir par temps clair, le rocher de ROQUEBRUNE, le village du VIEUX-CANNET-DES-MAURES, les montagnes de SAINTE-BAUME, SAINTE-VICTOIRE, LE GRAND BESSILLON, LE PETIT BESSILLON, etc.

Magnifique !

Faire tout cela, en été, à 7 ou 8 heures du matin, c’est un reconditionnement total du corps et de l’esprit : « Mens sana in corpore sano » (Un esprit sain dans un corps sain disaient déjà les latins), le tout au milieu d’une foule immense de cigales qui vous applaudissent déjà au passage !

Et de conclure :

Nous n’avons pas évoqué ici d’autres endroits tels que le four à chaux et le chemin de croix, mais avec tous ces trésors, pour quelques heures de bonheur et de paix, loin du stress, du burn-out, et du tumulte médiatique, pas besoin d’aller chercher ailleurs ce que nous avons déjà dans notre CITE !

A ben léù !

Jean-François HUMBLOT

Sources internet:

-Histoire de Lorgues : http://www.lorgues.net

-Les amis de Saint-Ferréol et du vieux Lorgues :

-Mairie de Lorgues : http://www.mairiedelorgues.fr

-Temps de réverbération acoustique musicale : Google

-Dossier thématique « l’architecture de l’Abbaye du THORONET »

– * Wallace Clement SABINE – physicien américain (1868-1919)

Translate »